Gouvernement post-dialogue . Chaises musicales et rétribution des dialogueurs

Attendu depuis des mois, le nouveau Gouvernement, toujours chapoté par Emmanuel Issoze Ngondet a été rendu public, le 21 août dernier. Excepté la suppression des postes de Vice-premiers-ministres et l’entrée de quelques membres de l’opposition présente au récent dialogue national, la nouvelle équipe est à bien des égards une pâle copie du précédent gouvernement.

Attendu depuis des mois, le nouveau Gouvernement, toujours chapoté par Emmanuel Issoze Ngondet a été rendu public, le 21 août dernier. Excepté la suppression des postes de Vice-premiers-ministres et l’entrée de quelques membres de l’opposition présente au récent  dialogue national, la nouvelle équipe est à bien des égards une pâle copie du précédent gouvernement.

Fort de 38 membres dont 9 ministres d’Etat, 16 ministres et 13 ministres délégués, Emmanuel Issoze Ngondet pilote toujours le nouveau gouvernement. Léger changement : la suppression des postes des vices-premiers-ministres. Parmi les entrants figurent Jean Fidèle Otandault, jusque-là Directeur Général du Budget, placé désormais à la tête du Ministère éponyme ; Nadine Patricia Anguilet, qui prend le ministère de l’éducation nationale.  

Dans la catégorie des Ministres délégués, les «heureux élus», pour la plupart peu ou prou connus, sont Clotilde Chantal Mboumba Moueli, Chantal Akossou, Irène Linzonzo, Patricia Boussamba, Edwige Beta Essougou, Sylvie Léocadie Nzaou, Placide Ndong Meye et Joseph Moundziegou.

L’ancrage des «Hommes du Président» ?

Accusés de vouloir se substituer au directoire du Parti démocratique gabonais (PDG), les «Hommes du Président», tels que surnommés par la presse locale, demeurent au Gouvernement. Toutefois, un jeu de chaises musicales saute à l’œil. Ainsi, Pacôme Moubelet Boubeya hérite du Ministère de la Forêt, la Mer et l’Environnement. Denise Mekam’ne est désormais en charge de la santé. De son côté, Alain Claude Bilie-By-Nze, le communicant du régime, garde le portefeuille de la communication, avec son titre de porte-parole du gouvernement. 

Même traitement pour Régis Immongault, qui reste au ministère de l’Economie. Idem pour Christian Magnagna, reconduit aux Mines. C’est aussi le cas de Madeleine Berre, qui conserve son poste de la Promotion des Investissements privés, du Commerce et de l’Industrie. Par contre, Blaise Louembet, ancien ministre de l’égalité de chances est muté aux Relations avec les institutions constitutionnelles, chargé de la Mise en œuvre des Actes du Dialogue politique. 

Quid des récompensés du dialogue ?

Comme prévu, la frange de l’opposition ayant participé au dialogue politique n’a pas été oubliée. En effet, l’ACR (Alliance pour le changement et renouveau), le PSD (parti social démocrate), le PDS (parti pour le développement social) et Démocratie Nouvelle ont fait leur entrée dans le Gouvernement Issoze II. Le président de l’ACR, Bruno Ben Moubamba, bien que n’étant plus Vice-premier-Ministre, garde toujours l’Habitat et l’Urbanisme. 

Le PSD voit deux de ses membres propulsés au sommet de l’Etat : le père, Pierre-Claver Maganga Moussavou en qualité de Vice-président de la République et le fils, Biendi Maganga Moussavou, reconduit au ministère des Petites et Moyennes entreprises. Même chose pour le PDS dont le président, Séraphin Ndaot Rembogho garde la tête du Conseil National de la Démocratie, alors que sa fille, Carmen Ndaot, jusque-là inconnue de l’espace public, est catapultée au Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle. 

Démocratie nouvelle (DN), a également eu droit à sa part du gâteau. René Ndemezo’o Obiang, Président du parti, est parachuté à la tête du Conseil économique et Social,  (CES). Quant au porte-parole de DN, Jonathan Ndoutoum Ngome, il devient ministre délégué à la famille. 

Toujours au titre des récompenses, celle de Patrick Eyogo Edzang, ancien député de la commune de Bitam qui a claqué la porte de l’Union  Nationale (opposition pro Ping) pour participer au dialogue d’Ali Bongo. Un acte qui lui aura valu une volée de bois verts. Le voilà désormais récompensé car nommé Ministre de l’Eau et de l’Energie. Ce sont au total 4 ministres de l’opposition, perdus au sein d’un attelage largement dominé par le PDG au pouvoir. Autrefois critiques sans ménagement du régime, ils devront désormais accorder leurs violons avec lui pour conduire le Gabon sur les rails de la démocratie et de la transparence électorale. Car c’est là la mission principale qui leur échoit dans ce gouvernement aux couleurs du dialogue politique. 

 

Yannick Franz IGOHO     

 

Les 38 membres du nouveau gouvernement

-Premier ministre, chef du gouvernement : Emmanuel Issoze Ngondet

-Ministre d’État, ministre de la Famille, de la Protection sociale et de la Solidarité nationale :  Paul Biyoghé Mba

-Ministre d’État, ministre des Infrastructures, des Travaux publics et de l’Aménagement du territoire : Jean Pierre Oyiba

-Ministre d’État, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme :  Bruno Ben Moubamba

-Ministre d’État, ministre de la Forêt, de la Mer et de l’Environnement :  Pacôme Moubelet-Boubeya

-Ministre d’État, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique :  Guy Bertrand Mapangou

-Ministre d’État, ministre de la Santé :  Denise Mekam’ne Edzidzi

-Ministre d’État, ministre de la Communication, de l’Économie numérique, de la Culture, des Arts et Traditions, chargé de l’Education populaire et de l’Instruction civique, Porte-parole du gouvernement : Alain Claude Bilie-By-Nze

-Ministre d’État, ministre de la Justice, Garde des Sceaux,  Chargé des Droits humains : Francis Nkea Ndzigue

-Ministre d’État, ministre du Budget et des Comptes publics : Jean-Fidèle Otandault

-Ministre de l’Économie, de la Prospective et de la Programmation du développement durable : Régis Immongault Tatangani

-Ministre des Affaires présidentielles et de la Défense nationale :  Etienne Massard Kabinda Makaga

-Ministre des Transports et de la Logistique : Estelle Ondo

-Ministre des Petites et Moyennes entreprises, de l’Entrepreneuriat national et de l’Insertion des Jeunes :  Biendi Maganga Moussavou

-Ministre de la Promotion des Investissements privés, du Commerce et de l’Industrie :  Madeleine Berre

-Ministre de l’Eau et de l’Energie :  Patrick Eyogo Edzang

-Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration régionale, chargé des Gabonais de l’étranger : Noël Nelson Messone

-Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle : Carmen Ndaot

-Ministre des Relations avec les institutions constitutionnelles, chargé de la Mise en œuvre des Actes du Dialogue politique : Blaise Louembe

-Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage, chargé du programme Graine : Yves-Fernand Manfoumbi

-Ministre des Mines : Christian Magnagna

-Ministre du Pétrole et des Hydrocarbures : Pascal Houangni Ambouroue

-Ministre de la Fonction publique, de la Modernisation du service public, chargé de la Réforme de l’Etat :  Jean-Marie Ogandaga

-Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité, chargé de la Décentralisation et du Développement local :  Lambert-Noël Matha

-Ministre de l’Education nationale :  Nadine Patricia Anguilet épouse Obame

-Ministre des Sports, du Tourisme et des Loisirs : Mathias Otounga Ossibadjouo

-Ministre délégué auprès du Premier ministre, Chef du gouvernement, chargé des Affaires foncières et du Domaine public : Guy Maixent ministre Mamiaka

-Ministre délégué auprès du Premier ministre, chef du gouvernement, chargé de la Décennie de la femme, de l’Egalité des chances et de l’Investissement humain : Clotilde Chantal Mboumba Louey

-Ministre délégué auprès du ministre d’État, ministre de la Famille, de la Protection sociale et de la Solidarité nationale :  Jonathan Ndoutoume Ngome

-Ministre délégué auprès du ministre d’État, ministre des Infrastructures, des Travaux publics et de l’Aménagement du territoire : Edgar Anicet Mboumbou Miyakou

-Ministre délégué auprès du ministre d’État, ministre de l’Economie numérique, de la Culture et des Arts et Traditions, chargé de l’Instruction civique, Porte-parole du gouvernement : Chantal Akouosso

-Ministre délégué auprès du ministre d’État, ministre du Budget et des Comptes publics :  Irène Patricia Boussamba (démissionnaire)

-Ministre délégué auprès du ministre de  l’Économie, de la Prospective et de la Programmation du développement :  Edwige Essoukou épouse Betha

-Ministre délégué auprès du ministre de la Promotion des investissements privés, du Commerce et de l’Industrie :  Irène Lindzondzo

-Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration régionale, chargé des Gabonais de l’étranger :  Sylvie Léocadie Nzaou

-Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration régionale, chargé des Gabonais de l’étranger, Placide Ndong Meyo

-Ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage, chargé du programme Graine : Patricia Taye

-Ministre délégué auprès du ministre de l’Éducation nationale : Joseph Moundziegou

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s