Douala: Les routes barrées à coups de corruption

Les populations réussissent, à coups de bakchich, à se faire délivrer par des sous-préfets, des autorisations de manifester sur la chaussée. Les nombreux désagréments et les plaintes récurrentes des usagers sont loin de dissuader les chefs de terre.

Les populations réussissent,  à coups de bakchich, à se faire délivrer par des sous-préfets, des autorisations de manifester sur la chaussée. Les nombreux désagréments et les plaintes récurrentes des usagers  sont loin de dissuader les chefs de terre.

 

Les automobilistes qui souhaitent transiter par le carrefour Ange Raphaël au quartier Bassa à Douala, doivent s’armer de patience. Ce jeudi, il n’est encore que 16 heures, mais déjà une partie de la chaussée est occupée par une tente montée pour une cérémonie funèbre. Aux klaxons des voitures et des motos, se mêlent des plaintes des usagers. Les occupants de la tente qui laissent filer de la musique religieuse n’y prêtent aucune attention. Situation identique tous les week-ends à Douala où la chaussée, et parfois des axes routiers à grande circulation, sont régulièrement occupés pour des manifestations publiques à caractère familial ou communautaire.

Ceux qui occupent ainsi la chaussée disposent des autorisations régulièrement signées des sous-préfets ou de la communauté urbaine. Officiellement, ces documents s’obtiennent gratuitement. « Ici on ne paye pas, c’est à la Communauté urbaine de Douala (CUD) qu’il faut débourser quelque chose », renseigne la secrétaire du Sous-préfet de Douala 1er. Elle nous conseille de nous rapprocher de la CUD « parce qu’il faut aussi l’autorisation du délégué du gouvernement ».

« Faites la demande et déposez la à la porte 109 », oriente une vigile de service au bâtiment principal de la CUD. « Ne déposez pas là-bas, venez directement au service du désordre urbain », rectifie un agent de ce service qui précise bien qu’aucun frais n’est exigé pour ce service.

 

Les dessous de la gratuité

De nombreuses personnes ayant déjà sollicité et obtenu des autorisations de manifester sur la chaussée soutiennent le contraire. Alors qu’il sollicite la chaussée à Logpom dans le 5ème arrondissement de Douala pour les obsèques de son père, Joseph déboursera 70 000 F Cfa pour être servi. « Nous sommes partis à la Sous-préfecture avec 50 000 F Cfa croyant que ça allait faire l’affaire. Le personnel nous a posé beaucoup de questions et s’étant rendu compte que nous sollicitions un axe principal, il a exigé 100 000 F Cfa et nous avons fini par nous entendre sur 70 000 F Cfa », se souvient Joseph E.

Les prix varient, à en croire de nombreux témoignages, en fonction de l’importance de la chaussée sollicitée. Richard Fogué se soutient avoir investi près de 200 000 F Cfa pour occuper une partie de la chaussée au carrefour Ange Raphaël. Une famille qui préfère l’anonymat a dû soudoyer non seulement les services de la sous-préfecture mais aussi ceux de la CUD pour être autorisée à barrer une route du centre commercial d’Akwa à Douala. Son de cloche identique à Douala 2ème et 3ème. Dans ce dernier arrondissement, une responsable d’association se souvient avoir occupé l’axe CCC jusqu’au marché Dakar pour des funérailles. «On nous a fait marcher jusqu’à…C’est quand on les a vu (Ndlr : entendez soudoyer) qu’on  nous a donné l’autorisation», confie-t-elle. 

Les victimes reconnaissent n’avoir jamais remis de l’argent directement à des sous-préfets ou au délégué du gouvernement, mais plutôt à des agents dans leurs services. Les autorisations reçues sont néanmoins toujours signées des sous-préfets ou du délégué. Sollicité, le délégué du gouvernement auprès de la CUD n’a pas souhaité réagir. Pareil pour les différents sous-préfets de Douala. L’un d’eux s’étant contenté de soutenir au téléphone qu’il n’est pas au courant de telles pratiques dans ses services. 

 

Corruption manifeste

Martial Missimikim, président de l’Ong Securoute dénonce ainsi l’occupation de la chaussée pour des manifestations. «La route n’est destinée qu’à la circulation des usagers et nous sommes viscéralement opposé à toute forme d’usage de la route outre que celle pour laquelle elle a été faite», martèle-t-il. 

Michel Manfouo, Juriste-Consultant au cabinet Gouvernance Africa consulting group, inscrit l’occupation de la chaussée sur les conséquences de l’explosion démographique et la rareté des espaces prévus pour des manifestations publiques. «Il convient de dire que  les sous-préfets et les chefs de districts, sont tenus de délivrer des autorisations de manifestation publique aux intéressés, chaque fois que l’ordre public n’est pas menacé, et ce, gratuitement» fait-il remarquer en citant l’article 6 de la loi de 1990 portant régime des réunions et manifestations publiques. 

Seulement, analyse le juriste, «cette gratuité devient douteuse lorsqu’on sait que nos autorités ne manquent pas souvent d’exiger des pots de vins pour les services rendus ou même de refuser de rendre certains services pour lesquels elles sont compétentes». Et de conclure, sur une base juridique : «toute exigence autre que celle prévue par la loi précitée est un délit et engage la responsabilité de l’autorité en question sous la base d’abus de fonction». Le juriste se fonde notamment sur l’article 140 du Code Pénal qui punit d’un emprisonnement de 03 mois à 03 ans et d’une  amende de 50 000 à 1000 000 de F Cfa  tout agent public coupable de corruption. 

Paul- Joël Kamtchang(JADE)

 

  Les articles sont produits avec l’aide financière de l’Union Européenne à travers le PASC. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de JADE Cameroun et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union Européenne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s