Vous êtes ici

Violences à l’école. Les agressions à l’arme blanche en hausse

Soumis par fouodjivincent le dim, 14/01/2018 - 23:00

Des élèves qui poignardent à mort leurs condisciples à la suite d’altercations dans l’enceinte même des établissements : la violence en milieu scolaire a atteint des proportions qui affolent parents, élèves et enseignants. 

Pourquoi les élèves s’arment-il de couteaux pour aller à l’école ? Pourquoi poignardent-ils leurs condisciples qui finissent par succomber à leurs blessures? Voilà autant de questions qui se posent désormais, après le décès récemment à Oyem d’Armand (16 ans), élève en classe de 6e, sauvagement poignardé par un autre élève, Nze Mintsa (18ans), en classe de 5e ,  après une dispute pour une pièce de 25 FCFA. Autres exemples : un adolescent de 15 ans,  élève en classe de 6e au collège d’enseignement secondaire Bâ-Oumar, a asséné plusieurs coups de couteau à son ami, lui aussi mineur de 16 ans et élève en 3e au collège Fustel de Coulanges, aux Charbonnages ; un élève de 5e, Dorland, est décédé le 20 décembre au Centre hospitalier de Libreville (CHUL), victime d’une agression au couteau par un autre élève… 

« Responsabilité parentale »

Pour le Doctorant en Sociologie, Bill Likika, «  La violence à l’école pose la problématique de la socialisation primaire et secondaire. Si les parents démissionnent de cette fonction régalienne, cela peut conduire à de tels comportements. C’est-à-dire que dans son comportement, l’enfant fera place à des troubles qui peuvent s’extérioriser par des actes violents.  Aussi cette violence découle de l’absence des normes et règles qui régissent le bon fonctionnement d’une organisation. Les rapports extra cellule familiale impactent également sur la manière de penser, d’agir ou de faire des enfants ».

Aux parents qui se demandent encore quelles solutions adopter pour éradiquer les problèmes de violence en milieu scolaire, Bill Likika propose la socialisation des enfants. Il n’est nullement question d’éducation scolaire,  mais d’espace familial qui devrait apprendre aux enfants les règles de vie commune. 

  Responsabilité parentale, c’est aussi ce que pense la Directrice des études du collège Notre Dame de Quaben, MANGAMA G. Pour elle, «  il y a de nos jours, l’explosion de la cellule familiale. En effet, plusieurs familles sont des familles monoparentales. Etant dans deux foyers, ces enfants reçoivent parfois plusieurs éducations. Il y a aussi comme cause, la démission des parents qui n’hésitent pas à confier l’éducation de leurs enfants aux domestiques qu’ils emploient, sous prétexte de manque de temps dû au travail. D’autres sont parfois abandonnés à eux-mêmes, ou avec les grands-parents, souvent pas rigoureux. Pour finir, il y a enfin la dépravation des mœurs accentuée par la prolifération des réseaux sociaux, et des débits de boisson aux alentours des établissements. La consommation de stupéfiants et d’alcools sont aussi les causes de violences et agressions dans les établissements ».

Voilà une question brûlante qui devrait être sur la table d’un gouvernement déjà fragilisé par les effets dévastateurs de la crise économique. Vu le nombre croissant des agressions dans les établissements scolaires, les acteurs politiques ne manqueront certainement pas d’arguments pour se renvoyer la balle. 

 

Marielle ILAMBOUANDZI

 

Catégorie: